Navigation – Plan du site

Histoire de l'art et anthropologie

coédition INHA / musée du quai Branly
Avec la collaboration de Monia Abdallah, Jaynie Anderson, Roberta Bonetti, Teresa Castro, Michèle Coquet, Philippe Cordez, Ralph Dekoninck, Philippe Descola, Georges Didi-Huberman, Sabine du Crest, Patricia Falguières, Laura Foulquier, David Freedberg, Yves Gagneux, Thomas Golsenne, Martial Guédron, Dominique Jarrassé, Olivia Kindl, Peter Krieger, Rémi Labrusse, Pierre Lemonnier, Claire Le Thomas, Maureen Murphy, Cécile Pelaudeix, Christine Peltre, Morgan Perkins, Ruth B. Phillips, Valentine A. Plisnier, Roland Recht, Anne-Solène Rolland, Raphaël Rousseleau, Sally Price, Chiara Savettieri, Jean-Claude Schmitt, Alain Schnapp, John E. Stanton, Sophie Triquet, Jean-Philippe Uzel et Guillermo Wilde

     Le colloque propose de faire le point sur les relations entre l’histoire de l’art et l’anthropologie au lendemain de l’ouverture à Paris du musée du quai Branly (juin 2006) qui regroupe les collections du Laboratoire d’ethnologie du Musée de l’Homme et du Musée des Arts d’Afrique et d’Océanie, ancien Musée des Colonies. La méthode choisie est d’inviter historiens de l’art et anthropologues à réfléchir conjointement au sein du même colloque sur les œuvres d’art et sur leurs méthodes pour les aborder. Le premier ensemble d’objectifs tourne autour d’une histoire croisée des deux disciplines, mettant en exergue les emprunts de l’une à l’autre, les débats et les pierres d’achoppement. Seront proposées et encouragées des mises en parallèle (duos ou diptyques) comme : Alfred Gell/ Michael Baxandall ; Franz Boas/ Alois Riegl ; André Leroi-Gourhan/ Pierre Francastel, etc. ou des regards croisés d’un historien de l’art et d’un anthropologue sur une œuvre comme celle d’Aby Warburg ou celle de Claude Lévi-Strauss, ou encore sur une thématique particulière. Des conférences plénières apporteront les mises en perspective nécessaires. Le second groupe de questions porte sur les procédures, bien souvent semi-automatiques et considérées comme allant de soi, de la construction respective des objets des disciplines (collecte, classification, inventaire, inclusion/exclusion, mises en série – par exemple Pitt-Rivers Museum –, mais aussi « formes du temps » – (Shape of time) selon l’expression de George Kubler, etc.). Dans quelle mesure peut être mis en évidence le jeu de définition réciproque et d’influences ? Il pourrait être intéressant de constituer des « duos » interrogeant le même objet (œuvre, artiste, thème, etc.)Plus théorique et « fondamentale », si l’on peut dire, est la question de l’origine des images et de l’intentionnalité véhiculée par des artefacts, considérée du double point de vue de l’anthropologue et de l’historien d’art. Pourraient également être étudiés, selon le même principe de regards croisés, des objets et des notions comme « masque », « face », « traces », ainsi que les pratiques de création des images et de leur transmission dans des cultures orales ou non. Enfin, la mise en évidence de « cultures visuelles » spécifiques ne doit pas minimiser les différentes opérations de translation qui font passer l’artefact d’un « régime de valeur » (selon l’expression d’Arjun Appadurai) à un autre, ce qu’André Malraux appelle la « métamorphose ». La question de la transformation en œuvre d’art  est centrale, en particulier les déplacements de sens qu’induit le passage du « terrain » ou « contexte d’origine » au musée ou au marché. On considérera aussi le processus inverse, qui consiste pour l’artiste contemporain à ré-interroger la fonction sociale de l’art en jouant sur le décalage entre objet et contexte. Seront ainsi abordés les deux phénomènes concomitants d’« artialisation » des objets et de « resocialisation » de l’art. De même, les différents types de collectifs constitués autour des objets (collectionneurs, conservateurs, marchands) et leurs interactions devront être analysés.

Une coédition INHA / musée du quai Branly

 

Une sélection de ces textes a fait l'objet d'une publication papier sous le titre Cannibalismes disciplinaires. Quand l'histoire de l'art et l'anthropologie se rencontrent. 

Lire l'introduction de cet  ouvrage en français

Lire l'introduction de cet ouvrage en anglais

 

 

 

    

Informations

Collection :
Les actes
Éditeur :
coédition INHA / musée du quai Branly
Mis en ligne en :
juillet 2009
Lieu de parution :
Paris
Année de parution :
2009

À propos des auteurs

  • École des hautes études en sciences sociales, Centre national de la recherche scientifique –Michèle Coquet est chargée de recherche au CNRS, membre du LAHIC (Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture) et du IIAC (Institut interdisciplinaire de l’anthropologie du contemporain). Anthropologue et africaniste, elle a étudié la fonction et l’usage des représentations figurées dans des sociétés à tradition orale, leur rôle dans l’apprentissage et la transmission des connaissances, les rapports entre image et récit. Dans une perspective comparative, ses derniers travaux associent à la réflexion anthropologique des préoccupations relevant de l’histoire de l’art occidental : notion de ressemblance et de modèle, effet spéculaire du portrait, processus créateurs.Elle est l’auteur de Textiles africains (1993) et d’Arts de cour en Afrique noire (1996) et a co-dirigé avec Brigitte Derlon et Monique Jeudy-Ballini, Les cultures à l’œuvre - Rencontres en art (2005).
  • Collège de France– Depuis 2001, Roland Recht est professeur au Collège de France, qui a créé à son intention la chaire « Histoire de l’art européen médiéval et moderne ». En 2004, il a été nommé membre de l’Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres).Roland Recht a publié notamment : Penser le patrimoine. Mise en scène et mise en ordre de l’art, Paris, Hazan, 1999 (nouvelle éd. 2008) ; Le croire et le voir, Paris, Gallimard (« Bibliothèque des Histoires »), 1999 ; L’objet de l’histoire de l’art (leçon inaugurale du Collège de France), Paris, Fayard, 2003 ; La lettre de Humboldt. Du jardin paysager au daguerréotype, Paris, Hazan, 2006 (nouvelle éd.) ; À quoi sert l’histoire de l’art ? (entretien avec C. Barbillon), Paris, Textuel, 2006 ; De la puissance de l’image. Les artistes du Nord face à la Réforme (dir.), Paris, La Documentation française-Le Louvre, 2002 ; Les espaces de l’homme (éd. Avec A. Berthoz), Paris, Odile Jacob 2005 ; Relire Panofsky (co-dir.), Paris, La Documentation française – Le Louvre, 2008 ; L’histoire de l’histoire de l’art en France au 19e siècle (co-dir.), Paris, La Documentation française, 2008 ; Point de fuite. Les images des images des images. Essais critiques sur l’art actuel 1987-2007, Beaux-arts de Paris Les éditions, 2009.
  • École des hautes études en sciences sociales –Ancienne élève de l’École normale supérieure et membre de l’École française de Rome, docteur en histoire, Patricia Falguières est professeur agrégé à l’École des hautes études en sciences sociales. Ses travaux portent depuis plusieurs années sur la "technè" à la Renaissance, l'aire (de matrice aristotélicienne) de la production où l'art s'identifie tout à la fois comme faire et comme connaître.
  • Université Bordeaux-III
    Après des études de lettres classiques et de droit à l’université de Provence, Sabine du Crest a soutenu en 1998 à l’université Paris III-Sorbonne nouvelle une thèse sur « Girolamo Aleandro (1574-1629) : peinture et iconographie des mondes anciens et lointains à Rome » à paraître (Genève, Droz).
    Depuis 1998, elle est maître de conférences en histoire de l’art moderne à l’université Michel-de-Montaigne-Bordeaux III. De novembre à décembre 2005, elle a été invitée comme professeur à l’université de Rome-La Sapienza. Elle réalise actuellement un dossier d’habilitation à diriger des recherches en préparation sur les mondes lointains dans la fabrication de l’art européen des xvie -xviie siècles.
  • Université Paris-X Nanterre
    Olivia Kindl est docteur en ethnologie à l’Université de Paris X-Nanterre. À partir de l’ethnographie des créations plastiques élaborées par les Indiens Huichol (Wixaritari), menée au Mexique depuis 1994, elle a analysé dans sa thèse un concept indigène entrelaçant la cosmologie, la perception visuelle et l’esthétique : le nierika. Outre divers articles parus en France, au Mexique et aux Etats-Unis, elle a publié un ouvrage en 2003 au Mexique, intitulé La Coupe huichol : un microcosme mésoaméricain.
  • Conservateur du patrimoine– Conservateur du patrimoine de la Ville de Paris, Yves Gagneux a travaillé douze années à la Conservation des œuvres d¹art religieuses et civiles de la Ville de Paris. Depuis 1999, il exerce les fonctions de directeur de la maison de Balzac. Titulaire d¹un doctorat en histoire de l’art et archéologie, il a publié différents livres et articles sur l’art religieux en France au XIXe siècle, la restauration des œuvres d¹art et le rapport de l¹image et du texte.
  • Université catholique de Louvain, Fonds national de la recherche scientifique –Ralph Dekoninck est chercheur qualifié du Fonds National de la Recherche Scientifique et Professeur à l’Université catholique de Louvain (Belgique). Ses recherches portent sur les formes et figures de l’idolâtrie dans l’imaginaire occidental (XVIe-XVIIIe siècles) ainsi que sur les rapports entre théologies de l’image et théories de l’art durant la première modernité. Parmi ses publications, on peut citer : Ad Imaginem. Statuts, fonctions et usages de l’image dans la littérature spirituelle jésuite du xviie siècle, Genève, Droz, 2005 (Travaux du Grand Siècle, XXVI). Fou comme une image. Puissance et impuissance de nos idoles, Bruxelles, Labor (coll. « Quartier Libre »), 2006. L’idole dans l’imaginaire occidental, éd. R. Dekoninck et M. Watthee-Delmotte, Paris, L’Harmattan, 2005. Aux limites de l’imitation. L’ut pictura poesis à l’épreuve de la matière, éds R. Dekoninck, A. Guiderdoni et N. Kremer, Amsterdam, Rodopi, à paraître 2009.
  • Université de Pise, Italie
    Chiara Savettieri est maître de conférences en Histoire de l’Art Moderne à l’Université de Pise. Dans une première phase elle a centré ses études sur le XVe-XVIIe siècles, en publiant une monographie sur Antonello de Messine (Antonello da Messina, 1998). Depuis quelques années ses recherches, caractérisées par une approche transdisciplinaire, portent désormais sur l’esthétique, l’historiographie et la théorie de l’art entre le fin du XVIIIe et le XIXe siècle. Sa thèse de doctorat sur la pensée esthétique d’Anne-Louis Girodet a été publiée dans le livre Ingannare la morte: Anne-Louis Girodet-Trioson e l’illusione dell’arte (Palerme 2004) et dans plusieurs articles. Parmi ses dernières publications on signale Dal Neoclassicismo al Romanticismo (Rome, 2006, 776 p.), une anthologie d’écrits d’art de 1740 à 1820, composée par treize sections thématiques (par exemple la théorie de l’art, l’histoire de l’art, l’antiquité etc.), chacune étant constituée d’un essai critique et d’une anthologie de textes.
  • Centre national de la recherche et Université Paris-I
    Alain Schnapp est spécialiste d’archéologie grecque. Il a dirigé des chantiers de fouilles en Italie et en Grèce et s’est intéressé à l’histoire et l’interprétation des images en Grèce ancienne. Ses travaux récents portent sur l’histoire de l’archéologie et la réception du passé en Occident et en Orient. Il a enseigné dans de nombreuses universités étrangères et, après avoir été le premier directeur de l’Institut national d’histoire de l’art, il a repris ses fonctions de professeur à l’université Paris I depuis 2005.
    Publications récentes :
    - Préhistoire et antiquité (éd.), Paris, Flammarion (« Histoire de l’art », vol. I), 1997.
    - La conquête du passé, Paris, Le Livre de poche, 1998.
    - L’histoire ancienne à travers cent chefs-d’œuvre de la peinture (avec François Lebrette), Paris, Presses de la Renaissance, 2004.
    - Guide des méthodes de l’archéologie (avec P. Demoule, F. Giligny et A. Lehoerff), Paris, La Découverte, 2005.
  • École des hautes études en sciences sociales
    Jean-Claude Schmitt est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales et directeur du groupe d’Anthropologie historique de l’Occident médiéval. Archiviste-paléographe et agrégé d’histoire, docteur en histoire. Successivement maître de conférences et directeur d’études (depuis 1983) à l’École des hautes études en sciences sociales. Séjours de recherche à l’Institute for advanced studies de Princeton, à Dumbarton Oaks, au Woodrow Wilson Center de Washington et au Warburg Institute de Londres. Professeur invité à l’université de Constance et à la Humboldt-Universität de Berlin. Médaille d’argent du CNRS (2003). Président du conseil scientifique de l’Institut national du patrimoine.
  • Ancienne élève de l’École nationale supérieure, Anne-Solène Rolland est conservatrice du patrimoine, responsable de l’unité patrimoniale des collections textiles au musée du quai Branly. Elle prépare également un doctorat en études germaniques à l’université Paris-III intitulé  Naissance et développement des musées d’ethnologie en Allemagne (1860-1933). Elle a coordonné récemment deux ouvrages sur l’histoire des musées : Les Musées de la Nation et De nouveaux modèles de musées ? (L’Harmattan, Paris, 2008).
  • École des hautes études en sciences sociales –
    Philosophe et historien de l’art, Georges Didi-Huberman enseigne à l’École des hautes études en sciences sociales. Il a séjourné à Rome (Académie de France), à Florence (villa I Tatti-Harvard University Center for Italian Renaissance Studies), à Londres (Institute of Advanced Study, Warburg Institute). Il a enseigné dans plusieurs universités étrangères (Johns Hopkins, Northwestern, Berkeley, Courtauld Institute, Berlin). Il a reçu le Hans-Reimer-Preis de la Aby-Warburg-Stiftung (Hambourg) et le prix Humboldt (2006). Il a dirigé plusieurs expositions, dont L’Empreinte au centre Pompidou (Paris, 1997) et Fables du lieu au Studio national des arts contemporains (Tourcoing, 2001). Il a publié une trentaine d’ouvrages sur l’histoire et la théorie des images.
  • Dans le cadre de son doctorat en histoire de l’art et archéologie (Université Blaise Pascal, Clermont-II, CHEC), Laura Foulquier s’est intéressée aux pratiques de récupération. Appropriation pragmatique ou incorporation réfléchie ? Solution hasardeuse ou acte conscient ? Les recherches menées par Laura Foulquier tendent à démontrer que les pratiques de récupération jouent et se jouent du passé pour réécrire le présent.
  • Cécile Pelaudeix est chercheur associée au Centre de recherches d’histoire de l’art et d’histoire des représentations à l’université Paris-X Nanterre, et membre du groupe de recherche international « Anthropologie et Histoire des arts ». Ses travaux portent sur l’art d’Amérique du nord, les relations entre art et territoire et la muséographie à l’heure de la mondialisation. Auteur de l’ouvrage Art inuit : formes de l’âme et représentations de l’être. Histoire de l’art et anthropologie, elle a collaboré à l’ouvrage La société canadienne en débats ; What holds Canada together?  et à l’ouvrage Crossing Cultures, Conflict, Migration, Convergence. Docteur en histoire de l’art, membre du Groupe de recherches internationales « Anthropologie et histoire des arts », Cécile Pelaudeix est actuellement chercheur invité à l’École des hautes études en sciences sociales. Sa thèse porte sur les modèles historiographiques et l’art graphique de l’artiste inuit Kenojuak Ashevak. Elle donne une conférence au musée de l’Homme (« Mythes occidentaux des origines de l’art et art graphique inuit du xxesiècle ») en 2005. Auteur du rapport « Territoire et identité à travers la création inuit contemporaine du Canada » pour le compte du muséum d’histoire naturelle de Lyon (2001), elle est également membre du comité scientifique de l’exposition Inuit (Lyon, Paris). Son ouvrage Art inuit : formes de l’âme et représentations de l’être. Histoire de l’art et anthropologie (2007) interroge les conditions à partir desquelles l’histoire de l’art peut ouvrir son champ d’étude aux « arts lointains » et propose, à partir d’une méthode empruntant à celle d’Aby Warburg, une reconsidération de l’art inuit (arts graphiques, masques, tapisserie, sculpture).
  • École des hautes études en sciences sociales –Né en 1979, Philippe Cordez a étudié l’histoire de l’art, l’ethnologie européenne, la muséologie et l’histoire à l’École du Louvre et à l’EHESS à Paris. Ancien allocataire de recherche, il a enseigné à l’Université de Bourgogne à Dijon et achève une thèse (EHESS et Humboldt Universität zu Berlin) sur « L’Église et les objets au Moyen Âge. Trésor, mémoire, merveilles ». Il est collaborateur scientifique à l’Institut d’Histoire de l’art de l’Université de Hambourg.
  • Historienne de l'art, Maureen Murphy a publié différents travaux sur la réception et la représentation des arts d'Afrique en Occident, sur les liens entre ces derniers et l'art moderne ainsi que sur « l’art contemporain africain ». Elle est l’auteur de De l’imaginaire au musée. Les arts d’Afrique à Paris et à New York (1931-2006), et est aujourd'hui chargée de mission pour les expositions et les collections d'art du XIXe et du XXe siècle à la Cité nationale de l'histoire de l'immigration à Paris.
  • Monia Abdallah termine sa thèse d’histoire de l’art à l’École des hautes études en sciences sociales. Ses recherches portent sur les usages actuels de la notion d’art contemporain islamique qu’elle tente d’historiciser. Elle s’intéresse donc aussi bien aux différentes formes de prolongement de « l’art islamique » dans l’époque contemporaine, qu’aux volontés d’identifier un art contemporain qui serait propre au « monde islamique ». Ces deux dernières années, elle s’est particulièrement intéressée à l’histoire de la collection d’art islamique du British Museum et à la présence d’œuvres contemporaines dans la galerie consacrée à l’Islam.
  • Université du Québec, Montréal –Jean-Philippe Uzel est professeur d’histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Ses travaux portent à la fois sur le  rôle des objets et sur la thématique des identités culturelles dans l’art contemporain. C’est ce double regard qui l’a conduit à travailler ces dernières années sur l’art contemporain autochtone. En 2004, il a été l’un des deux commissaires de l’exposition Double Jeu. Indentité et culture présentée au Musée national des beaux-arts du Québec.
  • Martial Guédron est professeur d’histoire de l’art à l’université de Strasbourg. Il étudie les modèles épistémologiques dans les représentations du corps idéal et de l’altérité radicale (De chair et de marbre. Imiter et exprimer le nu en France (1745-1815), Paris, Honoré Champion, 2003). Il a travaillé en collaboration avec Laurent Baridon sur l’impact des théories physiognomoniques aussi bien dans l'art savant qu'à travers l'image satirique (Corps et Arts. Physiologies et physionomies dans les arts visuels, Paris, L’Harmattan, 1999 ;  Homme-Animal. Histoires d’un face à face, Adam Biro, 2004 ; L’art et l’histoire de la caricature, Paris, Citadelles & Mazenod, 2006). Il  a contribué au catalogue de l’exposition « Figures du corps. Une leçon d’anatomie » à l’École nationale supérieure des beaux-arts (Paris, 2008) et travaille actuellement avec l’équipe du musée des beaux-arts de Nancy à la préparation de l’exposition « Beautés Monstres » dont il est le commissaire scientifique avec Sophie Harent.
  • Rémi Labrusse est professeur d’histoire de l’art à l’université de Picardie. Ses travaux portent notamment sur la réception des arts non-occidentaux en Europe au XIXe et au XXe siècle.
  • Thomas Golsenne est docteur en histoire de l’art, ancien pensionnaire de l’Académie de France à Rome. Il a coédité La Peinture de Leon Battista Alberti (Paris, Seuil, 2004) ainsi qu’ Adam et l’astragale. Essais d’histoire et d’anthropologie sur les limites de l’humain, (Paris, MSH, sous presse). Il a également publié divers textes sur l’art de la Renaissance et l’art contemporain. Il prépare Le Matérialisme mystique de Carlo Crivelli, à paraître aux éditions de l’École des hautes études en sciences sociales. Il enseigne actuellement à l’Université de Provence.
  • Teresa Castro est ATER à l’université Paris Est – Marne-la-Vallée. Après des études en histoire de l’art à Lisbonne et à Londres, elle a écrit une thèse sur le cinéma et la vocation cartographique des images (notamment sur l’idée d’atlas cinématographiques) à l’université de la Sorbonne Nouvelle – Paris-III. Ses recherches concernent des problèmes de culture visuelle concernant les images fixes et en mouvement. Collaborant régulièrement avec plusieurs magazines d’art contemporain, au Portugal et en France, elle est co-fondatrice de l’association Le Silo.
  • Université Paris X –Docteur en histoire de l’art contemporain de l’Université de Paris X – Nanterre, Qualifiée en 2009 en section 22 : Histoire et civilisation : histoire des mondes modernes, histoire du monde contemporain ; de l’art ; de la musique, post-doctorante au LAHIC. A participé au Groupement de recherche « Anthropologie, Objets et Esthétiques » (G.D.R. 2156) du CNRS.Claire Le Thomas s’attache, depuis sa double licence en histoire de l’art et en anthropologie, à faire dialoguer ces deux disciplines. Elle a d’abord travaillé en Maîtrise sur le musée du quai Branly, puis sur le bricolage en art contemporain avant d’orienter sa thèse sur les rapports entre les pratiques ordinaires de création et les innovations cubistes. Elle a régulièrement présenté ses travaux auprès de publics variés (séminaires, CNRS, journées d’étude…). Depuis 2007 elle collabore au site Internet L’Histoire par l’Image.
  • Consejo nacional de investigaciones científicas y técnicas de Argentina –Docteur en anthropologie sociale de l’université de Buenos Aires et chercheur au Conseil national de la recherche scientifique argentin (CONICET). Spécialiste de l’ethnohistoire des Guaraní du Paraguay, Guillermo Wilde a publié plusieurs articles concernant la chefferie, le rituel et la musique dans les missions jésuitiques aux xviie et xviiie siècles. Il a été boursier postdoctoral de la Wenner-Gren Foundation for Anthropological Research, de la John Carter Brown Library (États-Unis), de l’AECI (Espagne), du DAAD (Allemagne) et du British Council (Royaume-Uni). Chercheur visiteur au Center for Indigenous Studies de l’université de St Andrews (Scotland) et du Pograma de Posgraduação em Antropología Social, Museo Nacional, Universidade Federal do Rio de Janeiro (Brésil). Pour ses recherches, il a confronté des documents d’archive en Argentine, au Brésil, au Chili, au Paraguay et en Espagne. Il a également fait un travail de terrain parmi les Mbyá Guaraní de Misiones (Argentine).
  • Valentine A. Plisnier, enseignante, poursuit des recherches doctorales. Elle prépare un projet de publication et d’exposition sur leprimitivisme dans la photographie et l’impact des arts de l’Afrique, de l’Océanie, des Amériques et de l’Asie sur la modernité photographique de 1918 à nos jours.Elle travaille en étroite collaboration avec des musées et des photographes sur la réalisation de monographies. Photographe, elle est également l’auteur d’un travail sur l’image de la statuaire africaine.
  • David Freedberg is Pierre Matisse Professor of the History of Art and Director of the Italian Academy for Advanced Studies in America at Columbia University. He is the author of The Power of Images: Studies in the History and Theory of Response (1989 and later editions), and The Eye of the Lynx: Galileo, His Friends, and the Beginnings of Modern Natural History. His present work seeks to bridge the disciplinary boundaries between anthropology, art and the cognitive neurosciences. 
  • Instituto de Investigaciones Estéticas, UNAM –Peter Krieger, art and architectural historian, Ph.D. from the University of Hamburg, researcher at the Instituto de Investigaciones Estéticas (www. Esteticas.unam.mx) [Institute of Aesthetic Research] and professor at the CIEP [Graduate Program of Architecture], both at the UNAM [National Autonomous University of Mexico]. Member of the Bureau of the CIHA [International Committee of Art Histoty], editor of the art historical review Anales del Instituto de Investigaciones Estéticas (www.analesiie.unam.mw) ; research and publications on the aesthetics and ecology of megacities, the political iconography of architecture and urban planning, the relation of art and science.
  • The University of Melbourne –In 1997 Jaynie Anderson was appointed Herald Chair of Fine Arts, at The University of Melbourne.  She is a Fellow of the Australian Academy of the Humanities and is Convenor of the 32nd international conference in the history of art Crossing Cultures: Conflict, Migration and Convergence, 13-18 January 2008. From 2008 to 2012 she will be President of CIHA (Comité International d’Histoire de l’Art). Among her most successful books are: Giorgione. The Painter of Poetic Brevity, 1997; Tiepolo’s Cleopatra, 2003. She was one of the curators of: Bellini, Giorgione, Titian and the Renaissance of Venetian Painting, an exhibition at the National Gallery of Art, Washington, and the Kunsthistorisches Museum, Vienna, 2006/2007.
  • Morgan Perkins is Associate Professor of Anthropology and Art, and the Director of the Weaver Museum of Anthropology at the State University of New York – Potsdam. He has a doctorate in anthropology from the University of Oxford and his research explores the relationships between contemporary art, museums and art education. He is the editor (with Howard Morphy) of The Anthropology of Art and is preparing a book entitled Art For The Masses? Anthropology, Art and Contemporary China and an edited volume entitled China on Display (with Francesca Dal Lago). The contemporary art exhibitions that he has curated include, Bag of Wisdom: Igbo Knowledge and the Art of Obiora Udechukwu, What Are We Leaving for the Seventh Generation? Seven Haudenosaunee Voices and Icons and Innovations: The Cross-Cultural Art of Zhang Hongtu.
  • Ruth B. Phillips is Canada Research Chair and Professor of Art History at Carleton University in Ottawa, Canada. She is a specialist in the arts of Canadian indigenous peoples and the author of several books including Trading Identities: The Souvenir in Native North American Arts from the Northeast, 1700-1900, and Native North American Art (with Janet Catherine Berlo). She also writes on critical museology and served as director of the University of British Columbia Museum of Anthropology from 1997 to 2002.
  • Sally Price, professeur d’ethnologie aux Etats-Unis, était directeur d’études invité à l’École des hautes études en sciences sociales en 2008. Elle est l’auteur de Arts primitifs, regards civilisés (éditions de l’École national supérieure des beaux-arts) et co-auteur de Romare Bearden : la dimension caribéenne et Les arts des Marrons (éditions Vents-d’ailleurs). Son livre sur le musée du quai Branly (Paris Primitive : Jacques Chirac’s Museum on the Quai Branly) fut publié en anglais par les presses de l’université de Chicago en 2007.
  • MA Anthropology (Auckland) 1973 PhD Anthropology (Western Australia) 1994. Director, Berndt Museum of Anthropology, The University of Western Australia 1980-present. John Stanton has extensive experience and involvement in the area of Aboriginal arts, collaborating in several publications with the late R.M. and C.H. Berndt, as well as mounting twelve major national travelling exhibitions. He has also maintained ongoing research programmes in the Western Desert region of Western Australia, the Kimberley region of North-West Western Australia and the South-West of the State, which have focused on assisting Aboriginal communities to establish local Keeping Places and Cultural Centres. These projects, initiated at the request of local communities, have involved the training of Aboriginal people in curatorial and exhibition techniques, oral history recording, etc. and complement the Museum’s focus on contemporary arts: they are central to the Museum’s outreach programme to Western Australian Aboriginal communities. Central to this is the Bringing the Photographs Home project, involving the digitisation and restitution to Aboriginal communities of the Museum’s collection of historical photographs, as well as a project in collaboration with the Centre for Cross-Cultural Research (Australian National University) and Museum Victoria (Melbourne) to develop a prototype Web-based search engine to facilitate Aboriginal community access to museum collections.
  • Collège de France
    Né en 1949 à Paris, Philippe Descola a fait des études de philosophie avant de s’orienter vers l’ethnologie américaniste. Parallèlement aux recherches de terrain qu’il continue de mener en Amazonie, Philippe Descola se consacre à l’étude anthropologique des rapports entre humains et non-humains. Professeur au Collège de France où il dirige le laboratoire d’anthropologie sociale, il est notamment l’auteur de LaNature domestique (1986), Les Lances du crépuscule (1993) et Par-delà nature et culture (2005).
  • Université de Bologne, Italie –Roberta Bonetti enseigne l’histoire de l’anthropologie, au sein du master de deuxième cycle « anthropologie culturelle et ethnologie » à la faculté de lettres de l’Université de Bologne en Italie.  Elle a reçu la bourse de recherche de l’Académie italienne des études supérieures en Amérique à l’Université de Columbia (2007/2008). Elle est aussi titulaire d’une thèse en « sciences sociales et l’étude historique des religions », et en « anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie ». De 1996 à 2002, elle fut directrice du musée africain de Vérone, ou elle a conçu et cordonné une série d’expositions, de programmes scolaires et de catalogues. Dans son travail de conservateur-ethnographe, elle s’intéresse aux relations complexes qui relient le musée, des œuvres d’art et la société. Elle travaille actuellement sur la pédagogie muséale et s’intéresse en particulier au procédé cognitif induit par lecture d’images.
  • École des hautes études en sciences sociales
  • Université Bordeaux-III
    Dominique Jarrassé est professeur d’histoire de l’art contemporain. Il a fait sa thèse (université Paris IV) sur l’architecture thermale en France entre 1800 et 1850 et son habilitation à diriger des recherches (université Paris IV) sur l’architecture des synagogues en France au xixesiècle. Il a été chercheur à l’Institut français d’architecture pour l’exposition Villes d’eaux en France (1983-1985), puis maître de conférences à Clermont-Ferrand. Il a publié divers ouvrages sur l’art et l’architecture du xixesiècle, sur les synagogues en particulier. Il a participé au volume Le palais des colonies. Histoire du musée des Arts d’Afrique et d’Océanie (RMN, 2002). Ses derniers travaux, « Mythes raciaux et quête de scientificité dans la construction de l’histoire de l’art en France, 1840-1870 » (Revue de l’art, n° 4, 2004) ou Existe-t-il un art juif ? (Biro éditeur, 2006), s’inscrivent dans une étude de l’ethnicisation de l’histoire de l’art.
  • Université Marc Bloch, Strasbourg –Christine Peltre est professeur d’histoire de l’art contemporain à l’université Marc-Bloch, Strasbourg. Agrégée de lettres classiques, elle travaille sur les relations entre art et littérature, en particulier dans le domaine de la critique d’art, de l’étude du voyage et de l’orientalisme.
  • Université Paris I –Chargée d’études à l’Institut national d’histoire de l’art, Sophie Triquet prépare une thèse en histoire de l’art à Paris I-Panthéon Sorbonne sous la direction de M. Michel Poivert. Après une maîtrise consacrée à la photographie artistique espagnole autour de 1900 en 2004, elle élargit ses recherches aux pratiques photographiques en Espagne sous la IIe République dans le cadre d’un DEA en 2005. Lauréate de la Bourse Neuflize en 2006, sa thèse traite du rôle des modèles étrangers dans les usages de l’image photographique en Espagne de 1914 à 1945.
  • Directeur de recherche au CNRS (Centre de recherche et de documentation sur l’Océanie, CNRS-EHESS-université de Provence, Marseille), Pierre Lemonnier a étudié la production de sel de la côte atlantique française (Les salines de l’Ouest, 1980 ; Paludiers de Guérande, 1984), puis celle des Anga de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Ses travaux actuels portent sur les rituels des Ankave-Anga et sur la place particulière qu’y tiennent les objets. Outre des ouvrages théoriques sur l’anthropologie des techniques (Elements for an Anthropology of Technology, 1992 ; Technological Choices, 1993 ; L’intelligence des techniques, 1993 [avec Bruno Latour]), il a publié Guerres et festins. Paix, échanges et compétition dans les Hautes Terres de Nouvelle-Guinée (1990) et Le sabbat des lucioles (2006), à propos de la sorcellerie, du cannibalisme et du chamanisme chez les Ankave-Anga (où il enquête depuis 1982).