Navigation – Plan du site

Présentation

Depuis l’ouverture du musée en 2006, le département de la recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly propose un à deux colloques chaque année. Ces colloques d’échelle internationale se rattachent à la problématique générale du département, à savoir l’anthropologie et l’histoire des arts. Le site des actes de colloques du musée du quai Branly en restitue les débats, sous la forme de publications collectives d’articles sélectionnés par l’équipe du département de la recherche et de l’enseignement, en concertation avec les directeurs scientifiques de chacune des manifestations.

Dernier volume en ligne
Des êtres vivants et des artefacts

L’imbrication des processus vitaux et des processus techniques
Of Living Beings and Artefacts. The Articulation of Vital and Technical Processes
Éditeur scientifique Perig Pitrou, Ludovic Coupaye et Fabien Provost
Avec la collaboration de Roy Ellen, Carole Ferret, Eduardo Kac, Frédéric Keck, Emma Kowal, Dominique Lestel, Doyle McKey, Joanna Radin, Laura M. Rival, Rupert Stasch et Nancy J. Turner
Des êtres vivants et des artefacts

Colloque international organisé les 9 et 10 avril 2014 au musée du quai Branly par Perig Pitrou, Ludovic Coupaye et Laura Rival, en partenariat avec le Laboratoire d’anthropologie sociale, la Pépinière interdisciplinaire CNRS-PSL « Domestication et fabrication du vivant », le département de la recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly, la Fondation Fyssen et la Ville de Paris.

Avec les contributions de Ludovic Coupaye, Roy Ellen, Carole Ferret, Eduardo Kac, Frédéric Keck, Emma Kowal, Dominique Lestel, Doyle McKey, Perig Pitrou, Joanna Radin, Laura Rival, Rupert Stasch et Nancy J. Turner.

En dépit des différences existant entre les êtres vivants et les artefacts, il est fréquent que les sociétés humaines tentent d’expliquer certains processus vitaux – tels que la croissance, la reproduction, l’animation – à travers les analogies qu’ils présentent avec les processus techniques, comme on l’observe par exemple dans les mythes de création. Par-delà ces ressemblances, il est surtout intéressant de constater que ces processus s’imbriquent de diverses manières selon que l’on observe les activités agricoles, horticoles ou pastorales, l’incorporation d’artefacts (greffes, ornements), la transformation, rituelle ou non, d’êtres vivants en artefacts ou encore le biomimétisme. La pluralité des actions, de fabrication ou de domestication, grâce auxquelles les humains exercent leur pouvoir sur le vivant renvoie ainsi à des conceptions de la vie qui varient selon les champs de la pratique, les époques ou les cultures. À travers une approche interdisciplinaire et comparatiste s’appuyant sur des enquêtes menées dans des sociétés occidentales et non-occidentales, ce colloque international proposait aux participants de commencer à explorer cette multiplicité.

Certaines présentations faites lors du colloque ont donné lieu à des publications dans des revues, elles ne sont donc pas intégrées dans ces Actes, mais sont consultables grâce aux liens suivants :

Houdart, Sophie
2015 « Petits récits destinés à joindre les deux bouts des particules au cosmos – en passant par la Suisse », Gradhiva 22 : 106-135. [Lien]

Stépanoff, Charles
2015 « Transsingularities : the cognitive foundations of shamanism in Northern Asia », Social Anthropology 23 (2) : 169-185. [Lien]

Proceedings edited by Perig Pitrou, Ludovic Coupaye and Fabien Provost

International conference organized on the 9th and 10th of April 2014 at the musée du quai Branly by Perig Pitrou, Ludovic Coupaye and Laura Rival, in partnership with the Laboratoire d’anthropologie sociale, the Pépinière interdisciplinaire CNRS-PSL « Domestication et fabrication du vivant », the Department of research and education of the musée du quai Branly, the Fyssen Foundation and the City of Paris.

With contributions by Ludovic Coupaye, Roy Ellen, Carole Ferret, Eduardo Kac, Frédéric Keck, Emma Kowal, Dominique Lestel, Doyle McKey, Perig Pitrou, Joanna Radin, Laura Rival, Rupert Stasch and Nancy J. Turner.

In spite of the differences that separate living beings and artefacts, human societies frequently attempt to account for certain vital processes –such as growth, reproduction, animation– by making use of to the analogies that they present with technical processes, as we can see in the case of creation myths. Beyond these similarities, it is particularly interesting to notice that such processes are articulated in diverse ways, whether we observe agricultural, horticultural or pastoral activities, the incorporation of artefacts (transplantation, ornament), the transformation –be it ritual or not– of living beings into artefacts, or biomimicry. The plurality of actions, of fabrication or domestication, thanks to which humans exert their power on living beings, reflects certain conceptions of life which vary in function of the fields of practice, historical eras and cultures. Following an interdisciplinary and comparative approach which relies on investigations carried out in both Western and non-Western societies, this conference was offering its participants to begin the exploration of this multiplicity.

Certain presentations of the conference led to publications in journals and are therefore not included in these proceedings. They are available at the following links:

Houdart, Sophie
2015 « Petits récits destinés à joindre les deux bouts des particules au cosmos – en passant par la Suisse », Gradhiva 22 : 106-135. [Lien]

Stépanoff, Charles
2015 « Transsingularities : the cognitive foundations of shamanism in Northern Asia », Social Anthropology 23 (2) : 169-185. [Lien]