Navigation – Plan du site

Présentation

Depuis l’ouverture du musée en 2006, le département de la recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly propose un à deux colloques chaque année. Ces colloques d’échelle internationale se rattachent à la problématique générale du département, à savoir l’anthropologie et l’histoire des arts. Le site des actes de colloques du musée du quai Branly en restitue les débats, sous la forme de publications collectives d’articles sélectionnés par l’équipe du département de la recherche et de l’enseignement, en concertation avec les directeurs scientifiques de chacune des manifestations.

Dernier volume en ligne
Littératures noires

Colloque international de littérature organisé en partenariat par le musée du quai Branly et la Bibliothèque nationale de France (29-30 janvier 2010)
Avec la collaboration de Jean-Marie Compte, Catherine Coquery-Vidrovitch, Michael Dash, Souleymane Bachir Diagne, Romuald Fonkoua, Xavier Garnier, Pierre Halen, Jutta Hepke, Alain Mabanckou, Bernard Magnier, Anthony Mangeon, Valérie Marin La Meslée, Léonora Miano, Boniface Mongo-Mboussa, Bernard Mouralis, David Murphy, Alain Ricard, János Riesz et Dominic Thomas

Le colloque propose un parcours des « littératures noires » contemporaines. Comme l’indique cependant l’usage du pluriel et des guillemets, un tel projet implique nécessairement de s’interroger sur la pertinence et l’actualité même de cette catégorie dans le champ littéraire contemporain.
La catégorie « littératures noires » est le produit d’une histoire singulière. Née après la Première Guerre mondiale dans le creuset des échanges intenses entre des auteurs et intellectuels en Afrique, aux États-Unis, dans les Antilles et en Europe, cette littérature est attachée à la constitution d’une diaspora noire transatlantique. En France, la littérature noire cristallise ainsi autour des auteurs de la «négritude» dans les années 1930 et d’éditeurs comme Présence africaine (fondée en 1947).
Ce moment historique qui s’étend jusqu’aux années 1960, marquées par les indépendances en Afrique et le mouvement des droits civiques aux États-Unis, constitue véritablement la matrice des littératures noires. Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Héritiers d’Aimé Césaire, de James Baldwin et de Chinua Achebe, les écrivains noirs ne vivent cependant plus aujourd’hui dans le même univers littéraire, intellectuel et politique que celui de leurs illustres prédécesseurs. Peut-on alors encore parler d’une littérature noire ou même de littératures noires au pluriel ?
L’ambition du colloque est d’aborder ces questions en s’intéressant aux positionnements des acteurs du champ littéraire contemporain. Cela concerne évidemment avant tout les auteurs eux-mêmes. Se revendiquent-ils écrivains noirs, africains,noirs-américains, antillais, français, d’expression française ou anglaise, etc. ? Ou bien écrivain tout court, écrivain universel refusant d’être enfermés dans un stéréotype racial ? En somme, comment les écrivains noirs contemporains pensent-ils leur inscription singulière dans la «république mondiale des lettres » ? Il faut ainsi resituer les positionnements des auteurs dans une littérature mondiale, en suivant les allers-retours des écrivains, des œuvres et des idées entre l’Afrique, les Amériques et l’Europe. Les fils de ces réseaux tissent-ils alors une nouvelle communauté littéraire ?
On ne saurait toutefois aborder les littératures noires en s’intéressant aux seuls auteurs. Il faut en effet prendre en compte tous ceux qui rendent possible l’existence et la circulation des œuvres. Quels éditeurs publient et traduisent les écrivains noirs contemporains ? Est-ce dans des collections spécialisées ou bien généralistes ? De même, les classements que supposent les rayons des librairies, tout comme les jugements des critiques, la consécration des prix littéraires ou encore les travaux universitaires, sont partie prenante de la délimitation des différents domaines du champ littéraire. Enfin, la question des lecteurs et de la réception des œuvres est incontournable. Pour quel public ces écrivains écrivent-ils et qui les lit effectivement ? Le cas de la littérature africaine est à cet égard particulièrement évocateur : nombre d’auteurs africains d’expression française sont publiés par des éditeurs français et ont un lectorat majoritairement français, mais ne sont que peu diffusés dans leur pays d’origine. À côté de ce champ littéraire extraverti, il existe cependant une littérature en langue africaine (en swahili par exemple) qui correspond à un tout autre univers éditorial.
La question de la langue et des langues est donc une dimension essentielle de la littérature noire, qu’elle soit francophone, anglophone, mais aussi lusophone, hispanophone ou encore en langue vernaculaire africaine. Il s’agit en effet de s’approprier la langue du colon en la travaillant de l’intérieur pour la faire sienne, ou bien de se réapproprier sa propre langue en la réinventant à travers la littérature. La notion de créolisation illustre bien un tel processus littéraire. On s’interrogera ainsi sur ce que les littératures noires font aux langues. Ce colloque ne propose donc pas seulement une sociologie et une histoire du champ des littératures noires, mais il se veut évidemment avant tout un colloque de littérature. C’est pourquoi on accordera toute leur place à des études d’œuvres singulières, mais également à des lectures publiques.

Liste des participants


Michaël Dash (New York University)
Souleymane Bachir Diagne (Columbia University, New York)
Catherine Coquery-Vidrovitch (Université Paris 7)
Jean-Marie Compte (BnF)
Romuald Fonkoua (Université de Strasbourg, chef de rédaction de Présence Africaine)
Xavier Garnier (Université Paris 3)
Pascal Greggory (acteur)
Pierre Halen (Université de Metz)
Jutta Hepke (directrice des éditions Vents d’ailleurs)
Moussa Konaté (écrivain et éditeur)
Jake Lamar (écrivain)
Michael Lonsdale (acteur)
Alain Mabanckou (écrivain)
Bernard Magnier (journaliste)
Anthony Mangeon (Université de Montpellier 3)
Valérie Marin La Meslée (journaliste)
Leonora Miano (écrivain et poète)
Boniface Mongo-Mbousa (Sarah Lawrence College de Bronxville, USA)
Bernard Mouralis (Université de Cergy-Pontoise)
David Murphy (Université de Stirling, Écosse)
Alain Ricard (CNRS, INALCO)
János Riesz (HochSchule für Philosophie, Munich)
Léonie Simaga (acteur)
Dominic Thomas (Université de Californie, UCLA)