Navigation – Plan du site

Présentation

Depuis l’ouverture du musée en 2006, le département de la recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly propose un à deux colloques chaque année. Ces colloques d’échelle internationale se rattachent à la problématique générale du département, à savoir l’anthropologie et l’histoire des arts. Le site des actes de colloques du musée du quai Branly en restitue les débats, sous la forme de publications collectives d’articles sélectionnés par l’équipe du département de la recherche et de l’enseignement, en concertation avec les directeurs scientifiques de chacune des manifestations.

Dernier volume en ligne
Nathan Wachtel. Histoire et anthropologie

Colloque international en présence de Nathan Wachtel. Jeudi 12 et vendredi 13 mai 2016
Éditeur scientifique Romain Bertrand, Anne-Christine Taylor, Frédéric Keck, Julien Clément et Jessica De Largy Healy
Avec la collaboration de Laurent Berger, Carmen Bernand, Patrick Boucheron, Thomas Calvo, Serge Gruzinski, William F. Hanks, Gilles Havard, Vincent Hirtzel, Giovanni Levi, Paulina Machuca, Natalia Muchnik, Tristan Platt, Carlo Severi, Anne-Christine Taylor Descola, Emmanuel Terray, Anne-Christine Trémon, Benoit Trépied, Nathan Wachtel et Isabel Yaya
Arbol de la vida

De La Vision des vaincus (1971) aux Mémoires marranes (2011) en passant par Le Retour des ancêtres (1990), l’oeuvre de Nathan Wachtel chemine, un demi-siècle durant, sur les lignes de crête du dialogue – productif souvent, critique parfois – entre l’anthropologie et l’histoire.
Du compagnonnage avec l’« anthropologie historique » des Annales à la pratique d’une « histoire régressive » qui se pose en remède aux ethnohistoires les moins réflexives, ce parcours de recherche exemplaire a nourri quantité de débats et de travaux.
Surtout, ses modes d’enquête et ses objets de prédilection gardent une stupéfiante actualité. Qu’il s’agisse de marier le compte-rendu ethnographique et les matériaux d’archive sans faire injure à leurs silences respectifs, de scruter le revers « indigène » de la Conquête et de ses mises en récit, d’analyser la fluidité des appartenances confessionnelles aux marches d’un ordre impérial toujours vacillant, ou encore de décrire les fabriques locales de l’histoire et du territoire, les ouvrages de Nathan Wachtel restent tout à la fois des jalons et des sources d’inspiration.
Il s’agit ainsi, à l’occasion d’une série de tables-rondes consacrées aux différents aspects de l’œuvre de Nathan Wachtel, non seulement de rendre compte de l’évolution des rapports entre histoire et anthropologie dans le champ académique français depuis les années 1970, mais aussi de voir quel parti les chercheurs d’aujourd’hui tirent de la relecture de ses travaux.