Navigation – Plan du site

Littératures noires

Colloque international de littérature organisé en partenariat par le musée du quai Branly et la Bibliothèque nationale de France (29-30 janvier 2010)
Avec la collaboration de Jean-Marie Compte, Catherine Coquery-Vidrovitch, Michael Dash, Souleymane Bachir Diagne, Romuald Fonkoua, Xavier Garnier, Pierre Halen, Jutta Hepke, Alain Mabanckou, Bernard Magnier, Anthony Mangeon, Valérie Marin La Meslée, Léonora Miano, Boniface Mongo-Mboussa, Bernard Mouralis, David Murphy, Alain Ricard, János Riesz et Dominic Thomas

Le colloque propose un parcours des « littératures noires » contemporaines. Comme l’indique cependant l’usage du pluriel et des guillemets, un tel projet implique nécessairement de s’interroger sur la pertinence et l’actualité même de cette catégorie dans le champ littéraire contemporain.
La catégorie « littératures noires » est le produit d’une histoire singulière. Née après la Première Guerre mondiale dans le creuset des échanges intenses entre des auteurs et intellectuels en Afrique, aux États-Unis, dans les Antilles et en Europe, cette littérature est attachée à la constitution d’une diaspora noire transatlantique. En France, la littérature noire cristallise ainsi autour des auteurs de la «négritude» dans les années 1930 et d’éditeurs comme Présence africaine (fondée en 1947).
Ce moment historique qui s’étend jusqu’aux années 1960, marquées par les indépendances en Afrique et le mouvement des droits civiques aux États-Unis, constitue véritablement la matrice des littératures noires. Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Héritiers d’Aimé Césaire, de James Baldwin et de Chinua Achebe, les écrivains noirs ne vivent cependant plus aujourd’hui dans le même univers littéraire, intellectuel et politique que celui de leurs illustres prédécesseurs. Peut-on alors encore parler d’une littérature noire ou même de littératures noires au pluriel ?
L’ambition du colloque est d’aborder ces questions en s’intéressant aux positionnements des acteurs du champ littéraire contemporain. Cela concerne évidemment avant tout les auteurs eux-mêmes. Se revendiquent-ils écrivains noirs, africains,noirs-américains, antillais, français, d’expression française ou anglaise, etc. ? Ou bien écrivain tout court, écrivain universel refusant d’être enfermés dans un stéréotype racial ? En somme, comment les écrivains noirs contemporains pensent-ils leur inscription singulière dans la «république mondiale des lettres » ? Il faut ainsi resituer les positionnements des auteurs dans une littérature mondiale, en suivant les allers-retours des écrivains, des œuvres et des idées entre l’Afrique, les Amériques et l’Europe. Les fils de ces réseaux tissent-ils alors une nouvelle communauté littéraire ?
On ne saurait toutefois aborder les littératures noires en s’intéressant aux seuls auteurs. Il faut en effet prendre en compte tous ceux qui rendent possible l’existence et la circulation des œuvres. Quels éditeurs publient et traduisent les écrivains noirs contemporains ? Est-ce dans des collections spécialisées ou bien généralistes ? De même, les classements que supposent les rayons des librairies, tout comme les jugements des critiques, la consécration des prix littéraires ou encore les travaux universitaires, sont partie prenante de la délimitation des différents domaines du champ littéraire. Enfin, la question des lecteurs et de la réception des œuvres est incontournable. Pour quel public ces écrivains écrivent-ils et qui les lit effectivement ? Le cas de la littérature africaine est à cet égard particulièrement évocateur : nombre d’auteurs africains d’expression française sont publiés par des éditeurs français et ont un lectorat majoritairement français, mais ne sont que peu diffusés dans leur pays d’origine. À côté de ce champ littéraire extraverti, il existe cependant une littérature en langue africaine (en swahili par exemple) qui correspond à un tout autre univers éditorial.
La question de la langue et des langues est donc une dimension essentielle de la littérature noire, qu’elle soit francophone, anglophone, mais aussi lusophone, hispanophone ou encore en langue vernaculaire africaine. Il s’agit en effet de s’approprier la langue du colon en la travaillant de l’intérieur pour la faire sienne, ou bien de se réapproprier sa propre langue en la réinventant à travers la littérature. La notion de créolisation illustre bien un tel processus littéraire. On s’interrogera ainsi sur ce que les littératures noires font aux langues. Ce colloque ne propose donc pas seulement une sociologie et une histoire du champ des littératures noires, mais il se veut évidemment avant tout un colloque de littérature. C’est pourquoi on accordera toute leur place à des études d’œuvres singulières, mais également à des lectures publiques.

Liste des participants


Michaël Dash (New York University)
Souleymane Bachir Diagne (Columbia University, New York)
Catherine Coquery-Vidrovitch (Université Paris 7)
Jean-Marie Compte (BnF)
Romuald Fonkoua (Université de Strasbourg, chef de rédaction de Présence Africaine)
Xavier Garnier (Université Paris 3)
Pascal Greggory (acteur)
Pierre Halen (Université de Metz)
Jutta Hepke (directrice des éditions Vents d’ailleurs)
Moussa Konaté (écrivain et éditeur)
Jake Lamar (écrivain)
Michael Lonsdale (acteur)
Alain Mabanckou (écrivain)
Bernard Magnier (journaliste)
Anthony Mangeon (Université de Montpellier 3)
Valérie Marin La Meslée (journaliste)
Leonora Miano (écrivain et poète)
Boniface Mongo-Mbousa (Sarah Lawrence College de Bronxville, USA)
Bernard Mouralis (Université de Cergy-Pontoise)
David Murphy (Université de Stirling, Écosse)
Alain Ricard (CNRS, INALCO)
János Riesz (HochSchule für Philosophie, Munich)
Léonie Simaga (acteur)
Dominic Thomas (Université de Californie, UCLA)

Informations

Collection :
Les actes
Mots-clés :
Littérature, Afrique noire, Présence Africaine
Mis en ligne en :
avril 2011

À propos des auteurs

  • Directeur de recherche au CNRS (Centre d’étude d’Afrique noire, Université de Bordeaux) et membre de l’école doctorale de l’INALCO, il anime actuellement (2008-2010) un séminaire annuel sur l’anthropologie de la littérature, Textes et terrains d’Afrique, au Musée du Quai Branly. Il a été rédacteur en chef et directeur de la revue Politique africaine et directeur de l’IFRA (Institut français de recherches sur l’Afrique) à Nairobi. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur les littératures et le théâtre en Afrique, dans lesquels il explore les diverses dimensions de l’africanité (Languages and literatures of Africa, 2004, La formule Bardey, 2005, Le kiswahili une langue moderne, 2009). Il a reçu en 2002 le Prix Humboldt pour ses travaux sur les littératures de l’Afrique.
  • Né à Trinidad, J. Michael Dash est professeur au Département de Francais de New York University. Il est spécialiste de la littérature et de la culture d’Haïti sur lesquelles il a publié plusieurs ouvrages dont Literature and ideology in Haiti (1981), Haiti and the United States (1988) et Culture and Customs of Haiti (2001). Il est aussi l’auteur d’un livre sur Edouard Glissant dont il a traduit trois ouvrages.
  • Il a occupé une chaire de littérature comparée et de littératures francophones à l’Université de Bayreuth de 1979 à 2004. Il a publié un grand nombre d’articles et ouvrages dans ce domaine. Dernières publications en langue francaise : De la littérature coloniale à la littérature africaine - Prétextes, contextes, intertextes, Karthala, 2007 ; « Astres et Désastres » - Histoire et récits de vie africains de la Colonie à la Postcolonie, Georg Olms, 2009. J. R. vit à Munich comme professeur émérite et continue à enseigner à la Hochschule für Philosophie (des Jésuites).
  • Né en 1972, ancien élève de l’École normale supérieure et agrégé de lettres modernes, Anthony Mangeon a enseigné aux universités de Stanford (Californie) et de Cergy-Pontoise, où il a soutenu en 2004 un doctorat de lettres sous la direction de Bernard Mouralis. Il est actuellement maître de conférences à l’université Paul Valéry (Montpellier), où il enseigne en licence de lettres modernes et en master d’études culturelles. Outre la publication d’une trentaine d’articles, il a dirigé le hors-série de la revue Riveneuve Continents, « Harlem Heritage » (Riveneuve Editions, 2008), réédité les conférences d’Alain Locke à Haiti (Le rôle du Nègre dans la culture des Amériques, L’Harmattan, 2009), et publié La pensée noire et l’Occident. De la bibliothèque coloniale à Barack Obama (Sulliver, 2010).
  • Professeur des universités, il dirige l’Institut de littérature française de l’université de Strasbourg et est Fellow Professor à l’École française de Middlebury College (USA). Spécialiste des littératures d’Afrique noire et des Caraïbes, il a publié de nombreux articles et ouvrages sur ces sujets. Il est par ailleurs rédacteur en chef de la revue Présence africaine.
  • Il enseigne les littératures francophones à l’Université Paris 3. Ses travaux portent sur la littérature en Afrique et sur la théorie du roman. Il s’intéresse notamment à la question des littératures en langues africaines et a publié en 2006, aux éditions Karthala, un ouvrage sur le roman swahili.
  • Ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de philosophie, Souleymane Bachir Diagne est professeur de philosophie et d’Études francophones à Columbia University, New York. Parmi ses publications les plus récentes : Léopold Sédar Senghor : l’art africain comme philosophie (Paris, Riveneuve Editions, 2007), Comment philosopher en Islam ? (Paris, Panama, 2008).
  • Professeur d’études postcoloniales à l’université de Stirling (Ecosse), il est l’auteur de Sembene: Imagining Alternatives in Film and Fiction (2000) et de Postcolonial African Cinema: Ten Directors (2007). Il a aussi codirigé plusieurs recueils d’articles, dont Postcolonial Thought in the French-Speaking World (2009).
  • Né en 1958, archiviste paléographe, conservateur général des bibliothèques, il est depuis 2008 le directeur du département littérature et art de la Bibliothèque nationale de France. Après ses études à l’Ecole nationale des chartes (1981-1985), il dirige la bibliothèque départementale de la Creuse (1985-1990) puis la Bibliothèque municipale classée de Poitiers (1990-2001). De 2001 à 2004, il est conseiller du directeur de la Bibliothèque d’Alexandrie en Egypte. Il dirige ensuite le Centre national de la bande dessinée et de l’image entre 2005 et 2007.
  • Pierre Halen, ancien assistant à l’Université Catholique de Louvain, puis chercheur et enseignant invité à l’Université de Bayreuth, est depuis 1997 professeur de littérature générale et comparée à l’Université Paul Verlaine de Metz, où il dirige le centre de recherche « Ecritures ». Après avoir consacré sa thèse de doctorat à la littérature coloniale, il s’est tourné vers les littératures africaines, spécialement d’Afrique centrale, les littératures migrantes et les diasporas. Coresponsable de la revue Etudes littéraires africaines.
  • Directeur du Département d’études françaises et francophones à l’Université de Californie à Los Angeles, il est l’auteur de Black France : Colonialism, Immigration, and Transnationalism, un essai sur les politiques d’échanges culturels entre l’Afrique et la France (2006).
  • Docteur ès Lettres, professeur de Littérature francophone à Sarah Lawrence College. Critique littéraire à Africutures et essayiste, auteur de Désir d’Afrique (Gallimard) et L’indocilité (Gallimard).
  • Professeur émérite à l’Université de Cergy-Pontoise, il a auparavant exercé dans plusieurs universités africaines (Abidjan, Lomé) ainsi qu’à Lille III. Ses travaux portent sur la littérature de langue française de l’Afrique subsaharienne, la relation franco-africaine, la théorie de la littérature. Il a publié notamment Les contre-littératures, L’œuvre de Mongo Beti, Littérature et développement, L’Europe, l’Afrique et la folie, République et colonies, L’illusion de l’altérité. Etudes de littérature africaine.
  • Connaître toutes les facettes du métier d’éditrice pour rester indépendante, travailler jusque dans les moindres détails l’ouvrage qui portera l’œuvre d’un auteur, défendre jusqu’au bout des convictions humanistes sont les traits essentiels de Jutta Hepke, cofondatrice des éditions Vents d’ailleurs. Après des études de lettres et d’édition, elle a tour à tour exercé les métiers de chef de fabrication, responsable des droits étrangers et éditrice chez différents éditeurs avant de créer sa propre maison.
  • Alain Mabanckou est né le 24 février 1966 au Congo Brazzaville. Il commence des études de Droit à Brazzaville, puis en France, à l’Université Paris-Dauphine (Paris IX) où il obtient un DEA en Droit des affaires. La Lyonnaise des Eaux – aujourd’hui SUEZ – l’engage alors comme conseiller, et il occupera ce poste pendant une décennie. Parallèlement il publie des livres de poésie couronnés par le Prix Jean-Christophe de la Société des poètes français, puis fait paraître un premier roman en 1998, Bleu-Blanc-Rouge, qui lui vaut le Grand prix littéraire d’Afrique noire. Il bénéficie d’une résidence d’écriture aux Etats-Unis en 2001, démissionne de la Lyonnaise des Eaux lorsque l’Université du Michigan lui propose le poste de Professeur des littératures francophones en 2002, où il reste 4 ans avant de rejoindre la prestigieuse Université de Californie-Los Angeles, UCLA, où il enseigne actuellement au Département d’études francophones et de littérature comparée. Alain Mabanckou est récipiendaire de la bourse la plus prestigieuse des Humanités de Princeton University (USA) au titre de « Fellow in the Humanities Council and the French and Italian department ». Verre Cassé (Seuil, 2005) a été un événement littéraire en France et dans le monde francophone. La même année, il a reçu le Prix des Cinq continents de la Francophonie, le Prix Ouest-France /Étonnants Voyageurs et le Prix RFO du livre. Mémoires de porc-épic (Seuil, 2006) a reçu le Prix Renaudot 2006, le Prix Aliénor d’Aquitaine 2006 et Le Prix de la rentrée littéraire française 2006. Son dernier livre, Black Bazar, est paru en 2009 aux Éditions du Seuil.
  • Ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée de l’Université, elle est Professeur émérite à l’Université Paris 7-Denis-Diderot. Elle a découvert l’Afrique à l’occasion de la guerre d’Algérie et n’a pas cessé depuis lors de travailler sur l’Afrique subsaharienne. Elle a dirigé, seule ou en collaboration, une vingtaine d’études comparées sur les pays du Sud et sur l’Afrique, dont L’Afrique occidentale au temps des Français, c. 1860-1960 (La Découverte 1992) ou La ville européenne outre mers, un modèle conquérant (L’Harmattan 1996). Elle a écrit une centaine d’articles et autant de participations à des ouvrages collectifs, et une dizaine d’ouvrages (dont quatre traduits en anglais). Les derniers parus sont : Des oubliés du nazisme. Les Allemands noirs dans la première moitié du XXe siècle (Paris, le Cherche-Midi 2007), Les enjeux politiques de l’histoire coloniale (Agone, 2009).
    Elle a reçu en 1999 le Distinguished Africanist Award de l’ASA (African Studies Association, USA). Membre du bureau international du CISH (Comité international des Sciences historiques) 2000-2005.
  • Spécialiste de la littérature africaine, journaliste de sa profession, il travaille depuis plusieurs années avec Radio France Internationale et dirige la collection « Afrique » aux éditions Actes Sud. Il collabore en tant que conseiller littéraire avec le Centre National du Livre, le Centre Georges Pompidou ou encore le théâtre Le Tarmac de la Villette. Il est également programmateur du festival « Littératures métissées » d’Angoulême. En parallèle, Bernard Magnier a publié un certain nombre d’ouvrages retraçant les grandes heures de la littérature du continent africain : L’Afrique Noire en Poésie (Gallimard, « Folio Junior », 1986) ; La Parole Nomade (Montréal, Hurtubise HMH, 1995), une anthologie de 37 poèmes francophones ; Poésie d’Afrique au Sud du Sahara (Unesco/Actes Sud, 1995), anthologie de 200 poètes ; J’écris comme je vis (La Passe du vent, 2000), entretien avec l’écrivain Dany Laferrière ; ou encore La Poésie Africaine (Mango, 2005), anthologie illustrée pour jeunes lecteurs.
  • Ecrivain, née en 1973 à Douala, sur la côte du Cameroun, elle est arrivée en France en 1991 et y réside depuis lors. C’est à l’âge de huit ans qu’elle écrit ses premières poésies ; le roman vient à l’adolescence. Elle attendra longtemps avant de proposer ses textes à des éditeurs, ce qu’elle fait à trente ans. À ce jour, elle a publié trois romans : L’intérieur de la nuit (Plon, 2005 et Pocket, 2006), Contours du jour qui vient (Plon, 2006, Pocket Jeunesse 2008, et Pocket 2008), et Tels des astres éteints (Plon, 2008). Plusieurs prix lui ont été attribués ; Contours du jour qui vient figure sur la première sélection du Goncourt 2006, et reçoit un excellent accueil critique dès sa parution en août 2006.Il obtient le Prix Goncourt des Lycéens en novembre 2006. En 2008, Léonora Miano publie cinq nouvelles sous le titre Afropean Soul et autres nouvelles (Flammarion). Ces textes sont extraits d’un recueil plus conséquent, dans lequel Léonora Miano nous ouvre les portes du monde afropéen (contraction de « afro-européen »), à travers des portraits et des tranches de vie. Son dernier roman, Les aubes écarlates, est paru en 2009.
  • Journaliste littéraire au Point, au Magazine littéraire et à France culture, elle suit particulièrement les littératures afro-caribéennes, l’actualité littéraire et les reportages sur le terrain (Afrique francophone, Haïti) et les numéros spéciaux. Elle a coordonné le dossier des Littératures francophones du Magazine Littéraire (mars 2006) et le Hors série du Point « Textes fondamentaux de la pensée noire » (avril 2009). Par ailleurs, elle est co-auteur de Confidences de Gargouille avec Béatrix Beck (Grasset, 1998) et de Stupeur dans la civilisation avec Jean-Pierre Winter (2002).