Navigation – Plan du site
Ouverture du colloque

Discours d’introduction

Texte intégral

1Julien Bonhomme : Le département de la recherche est particulièrement heureux d’accueillir ce colloque au sein du musée car l’enjeu ici implicite est de faire se confronter l’anthropologie et l’art autour de la notion de performance. Cela correspond exactement au type de projet que le département souhaite favoriser et encourager dans le cadre de ses activités au sein du musée. Il s’agit en effet de désenclaver l’anthropologie en la confrontant d’une part à l’histoire de l’art, mais aussi à l’art contemporain et aux artistes eux-mêmes. Je crois que de ce point de vue cette rencontre devrait être tout à fait exemplaire.

2Caterina Pasqualino : Je voudrais tout d'abord remercier le musée du quai Branly d'accueillir ce colloque, et tout particulièrement Anne-Christine Taylor qui dirige le département de la recherche et l'enseignement sans qui nous n'aurions pas pu monter cette manifestation. Je remercie également très chaleureusement mon complice, Arnd Schneider, le chercheur  avec qui la collaboration a été fondamentale pour donner aux communications et aux discussions qui vont suivre une envergure fondamentale.

3Ce colloque propose donc un dialogue entre anthropologues et artistes. Pour cela nous avons voulu donner autant de place à la parole qu'aux images et encourager les recoupements en ne distinguant pas les deux disciplines dans l'ordre de passage.

4Si les artistes se sont intéressés depuis longtemps aux publications des anthropologues, les anthropologues, eux, se sont plus rarement inspirés des 10 expérimentations et des démarches créatrices des artistes. Artistes et anthropologues ont cependant suivi à leur insu des cheminements parallèles. J'en donnerai quelques exemples.

5Il y a d'abord certaines similitudes dans les méthodes de travail. Artiste et anthropologues seront confrontés au terrain bien que poursuivant des objectifs différents, tous deux pratiquent au préalable l'analyse d'une situation donnée. Ainsi, on n’a peut-être pas assez remarqué que les uns et les autres utilisent des carnets de notes, des photographies et aujourd'hui des enregistrements vidéo pour consigner leurs observations du réel. Mais je voudrais souligner d'autres convergences découlant de leurs démarches respectives.

6En premier lieu il faut relever que tout au long du siècle passé les uns et les autres ont œuvré dans la même direction pour estomper la frontière entre monde traditionnel et monde contemporain. Du côté de l'anthropologie on a d'abord cru que les sociétés dites « primitives » avaient vécu en champ clos, coupées de la sphère d'influence du monde occidental. Un progrès a été de les reconnaître comme faisant pleinement parti du même monde contemporain. De son côté l'avant-garde artistique à su porter sur les arts traditionnels un regard neuf, acceptant parfois de les associer à leurs expositions (ce fut le cas en 1989 lors de « Magiciens de la terre », une manifestation restée célèbre, organisée par le centre Georges Pompidou et la grande halle du parc de la Villette) et de comparer leurs démarches (James Turrell et les Indiens hopi par exemple).

7Ce colloque est issu de ces cheminements parallèles. Les convergences ont favorisé entre autres une communauté de vue entre, d'une part, les performances réalisées à partir des années 1960 par les artistes et, d'autre part, les rituels pratiqués par les sociétés traditionnelles.

8Richard Schechner a montré comment, depuis le futurisme jusqu'au dadaïsme en passant par les pratiques des créateurs comme Antonin Artaud, John Cage, Suzuki Tadashi, Anna Halprin ou Anna Kaprow, de nouvelles pratiques artistiques ont émergé et se sont révélées particulièrement instructives pour les anthropologues.

9Je prendrai pour exemple les critiques radicales de la notion de chefs-d’œuvre, les tentatives de rapprochement entre l’art et la vie, l'effacement des distinctions entre artistes et spectateurs (développés dans le théâtre anthropologique de Barba) et la performance interculturelle (Peter Brook ou le théâtre pauvre de Grotowski). Ces expérimentations de l'avant-garde sont considérées par les performance studies comme des sources d'enseignement permettant d'interroger des notions comme la matérialité, l'incorporation, l'expérience ou la présence.

10Ce colloque propose une confrontation des rituels issus des sociétés traditionnelles et des performances produites par les artistes contemporains. Les dénominateurs communs concernent la spatialité en jeu, la nature des éléments de la manipulation, le temps hors normes de l'action et une volonté de produire du symbolique. Il est aujourd'hui opportun de débattre sur ses convergences de signification à travers les trois thématiques que nous avons définies par ces deux journées: à savoir la circulation des pratiques, l'implication du corps et l'interaction avec le public. Je définirais ces trois axes et les questions qu'ils soulèvent de la manière suivante:

  • 1) Nombreux sont les artistes qui se sont inspirés de pratiques rituelles:quelles seront les conséquences de tels déplacements? Il semble que les rituels ne s'orientent pas nécessairement, contrairement à ce que l'on a pu penser, vers une uniformisation des pratiques découlant de la globalisation. Les processus d'emprunt sont complexes et restent à étudier.

  • 2) Comment le corps se transforme-t-il au cours de la performance? Les performances artistiques et rituelles unies, le temps de l'action, acteurs et spectateurs. Elles établissent dans ce dessein un hors temps où le corps est soumis à un ensemble de transformations pouvant aller jusqu'à plonger les participants dans un état second. Comment analyser ces phénomènes propres à déposséder les participants de leur identité?

  • 3) Quelle est la valeur épistémologique de la performance? Le terrain anthropologique peut-il être vu comme une « performance interculturelle ». Il en est de même des traditions étudiées dans le contexte interdisciplinaire des performance studies, de l'anthropologie théâtrale ou des dispositifs proposés par les artistes contemporains destinés à provoquer une réaction du public. De ce point de vue, l'anthropologie est un art et l’anthropologue un artiste. Cette audacieuse perspective proposée par nos invités américains est propre à élargir considérablement le champ d'intervention habituellement impartie à l'ancienne ethnographie.

11Arnd Schneider: If there is a genius loci in contemporary times it is probably nomadic, as localities are not any longer fixed and probably never were. And what better embodies the nomadic spirit than this building: from the famous earlier museums which preceded it, to the involuntary nomadism of what are for us its ‘objects’ and ‘stories’ to finally, ourselves, nomadic wanderers between disciplines which are gathered here for the next two days.

12Speaking of the collaborations between artists and anthropologists in 1920s and ‘30s France, which culminated in the interdisciplinary surrealist journal Documents, and commenting specifically on the collaboration between Georges Bataille (an editor of Documents), and anthropologists, Alfred Métraux, James Clifford, ascertained that “French ethnography [was] on speaking terms with the avant-garde” (Clifford 1988:126; my italics).

13“Speaking terms” are historically contingent, and to posit them in the present, we must acknowledge difference, between disciplines, media, and genres.

14Yet whilst reckoning with difference, we can also think of contact zones, blurred genres, and encounters.

15For us, the organizers, there are three main thematic areas which emerge from a possible, perhaps only nomadic encounter between performance, art and anthropology:

16Different disciplines will be used to explore these topics: first, anthropology, with its rich debate on the question of rituals; second, the history of art, a discipline that not only relates specifically to performance art but also poses questions about non-Western tradition, and third contemporary performance practice and studies. Common denominators between artistic and ritual performance include spatiality, the nature of the elements employed, an altered sense of time during performance, and the intention to foster symbolism. We will examine the intersections between these topics.

17Within this framework, three groups of central themes will be studied: The first relates to defining performance within a historical context; the second deals with corporeality, and the third to the epistemological value of rituals and performance.

  • 1) Current evolution of performance art and ritual. Numerous artists are inspired by ritual practices. What are the consequences of such displacements? In addition, in contrast to some preconceived notions, rituals are not necessarily influenced by globalization and therefore shifting toward standardizing practices. The processes of this crossover are complex and need further investigation.

  • 2) Transformation of the body during performance. Artistic and ritual performances link performer and audience for the duration of the act. They establish a state outside time, in which the body is subjected to an ensemble of transformations that can thrust the participants into a second state. How can one analyze such phenomena, in which the participants can become disassociated from their very identity?

  • 3) The epistemological value of ritual and performance for knowledge representation. Anthropological fieldwork itself can be seen as an 'intercultural performance', as are inter-disciplinary traditions of performance studies, theatre anthropology, and 'rituals' staged by contemporary artists. What then is their epistemological relevance for anthropology: beyond traditional 'textual' forms of knowledge acquisition and representation?

Pour citer cet article

Référence électronique

« Discours d’introduction », in Performance, art et anthropologie (« Les actes »), [En ligne], mis en ligne le 30 novembre 2009, Consulté le 26 mai 2017. URL : http://actesbranly.revues.org/419

Droits d’auteur

© Tous droits réservés