Navigation – Plan du site
29 septembre 2016

Débat

Frédéric Keck, Maurice Godelier et Anne-Christine Taylor

Texte intégral

M. Frédéric KECK

1Maurice Godelier a rappelé que le musée du quai Branly est un des résultats positifs de la cohabitation politique entre Jacques Chirac et Lionel Jospin, de la cohabitation matérielle entre les collections de différents musées, et de la cohabitation entre des professions aux formations et aux objectifs de carrière différents que sont les chercheurs et les conservateurs. Comment fait-on travailler au quotidien des professions aussi différentes ? L’un des intérêts de ce petit paquebot est de les faire vivre dans le même lieu, dans la même résidence. Nous avons ce matin rencontré la question des cartels pour lesquels nous sommes sollicités en tant que chercheur, sans pouvoir forcément améliorer leur rédaction. Il y a cette voie des expositions de recherche. Il y a effectivement les réseaux européens, les bases de données, mais la question principale est : comment fait-on pour faire travailler ensemble ces deux groupes au jour le jour ?

M. Maurice GODELIER

2Nous ne pouvons le faire que par une stratégie d’expositions temporaires. Dans le permanent, que l’on apporte des informations sur les objets qui vont être exposés pendant cinq ans, d’accord, mais la vie c’est aussi ces grandes expositions comme Sepik ou Tenochtitlan qui a été une magnifique exposition. C’est donc dans le temporaire que l’on fait les choses les plus importantes. Nous l’avons vu ce matin. Nos amis ont expliqué ce qu’ils avaient fait et comment ils s’étaient enrichis de le faire. Mais ils ne l’ont pas fait tout seuls. Le chercheur sort amélioré d’avoir collaboré. Il a appris des choses, la vision, la scénographie. Il s’agit d’une formation plurielle faite sur le tas. La réponse à la question est la suivante : projets d’une grande ambition réalisés en commun.

Mme Anne-Christine TAYLOR

3Il y a une asymétrie dans cette affaire. Les chercheurs, notamment ceux qui sont accueillis sur bourses ou qui sont associés au musée d’une autre manière, peuvent interagir très facilement avec les conservateurs, peuvent observer leurs pratiques, discuter avec eux. C’est moins vrai du côté des conservateurs qui ont moins la disponibilité et la liberté d’aller vers le monde officiel de la recherche. Une des conditions pour travailler ces grands projets ambitieux est qu’il faut donner aux conservateurs plus de temps et de possibilités d’aller en partie au moins vers le monde de la recherche académique.

M. Maurice GODELIER

4Les conservateurs sont formés. Ils ont une culture, ils n’arrivent pas tout nus. Ils peuvent certainement dialoguer avec un ethnologue. Je ne suis donc pas pessimiste.

De la salle

5Qu’est-ce que cela facilite ou complique le fait d’être sous une double tutelle, celle de la Recherche et celle de la Culture ?

M. Maurice GODELIER

6Une tutelle l’a emporté sur l’autre. La Culture sur la Recherche. Il est dur de manier les deux. Ce ne sont pas les mêmes ministères, ce ne sont pas les mêmes visions des choses, mais il faut faire avec.

M. Frédéric KECK

7Les deux tutelles ont une égalité de subventions au musée. Cela donne une responsabilité au département de la Recherche qui est de justifier cet investissement au ministère de l’Enseignement supérieur par un programme ambitieux qui ne concerne pas seulement les chercheurs, mais aussi les conservateurs.

M. Maurice GODELIER

8Sur les 300.000 objets aujourd’hui présents, je crois, dans ce musée, la majorité, 250.000 proviennent du musée de l’Homme, donc du Ministère de l’Education Nationale. 40.000 proviennent du musée des Arts africains et océaniens donc du Ministère de la Culture. Cependant la Culture l’a emporté sur l’Education Nationale parce que l’orientation du nouveau Musée a mis en avant l’esthétique plutôt que la recherche. Mais grâce au nouveau musée tous les objets sont enfin inventoriés, disposent d’un code-barres. On connaît enfin la richesse des collections et on peut gérer nos échanges avec d’autres musées en toute connaissance.

9Une anecdote : lorsque j’ai fait l’évaluation du musée de l’Homme à la demande de Lionel Jospin, j’ai par hasard découvert au marché aux puces de Saint-Ouen et dans une galerie du boulevard Saint-Germain des objets en vente portant encore des étiquettes du musée de l’Homme et des numéros d’inventaire. Je suis allé au musée demander comment cela avait pu être possible. Le délégué syndical m’a alors dit de ne pas venir « emmerder le monde », qu’en aucun cas il ne dénoncerait des collègues etc. Je lui rappelais qu’en tant que fonctionnaires, ses collègues et lui avaient la responsabilité de conserver, protéger et enrichir les collections nationales qui ne sont pas seulement une partie du patrimoine national mais également du patrimoine de l’humanité. Mes propos n’ont eu aucun effet. Mais de tels comportements n’étaient pas le fait de tous les membres du personnel du musée mais de quelques-uns d’entre eux seulement. Cependant est-ce que les responsables du musée ignoraient ce qui se passait ou avaient-ils préféré fermer les yeux ?

Mme Scarlett RELIQUET

10Pourquoi actuellement en France escamote-t-on systématiquement les informations relatives au vécu des objets et des œuvres, c’est-à-dire leur déplacement, leur restauration, leurs conditions ? Qu’est-ce qui nous empêche aujourd’hui de considérer d’abord les œuvres comme des objets matériels ?

M. Maurice GODELIER

11Tous les objets sont de la matière qui porte un sens, qui fait sens. Tous les objets sont chargés de symboles car sont symboliques tous les signes qui font sens. Mais la charge symbolique d’un objet ne doit pas faire oublier de quelle matière il est fait. Mais le fait qu’un artiste ait choisi le bois, le basalte, des plumes pour fabriquer son objet fait également sens. Les artistes maya avaient choisi le jade pour créer des masques funéraires de leurs souverains pour permettre à ceux-ci d’aller rejoindre après leur mort le dieu du maïs dont ils se disaient les descendants. Les matériaux choisis et travaillés deviennent de la matière culturelle. Ils connectent, soudent la culture et la nature. Les musées apprennent aussi à respecter ceux qui connaissent les propriétés du bois, de la pierre, etc., et avec ceux qui savent restaurer les objets blessés qui se retrouvent dans les collections des musées. Votre question est importante. Restaurer un objet, lui redonner une vie matérielle et sociale est stratégique. C’est rendre en partie aux objets la présence qu’ils avaient à leur origine. Mais restaurer implique un personnel qualifié et nombreux. Former et recruter ce personnel coûte beaucoup d’argent, donc une conscience claire de cette nécessité de la part du monde politique, de ceux qui sont responsables de la culture en France.

Mme Anne-Christine TAYLOR

12Une hypothèse sur la raison pour laquelle l’histoire du traitement d’un objet et en particulier d’une œuvre d’art est escamotée. C’est précisément parce que cela fait partie du processus d’artification, autrement dit du processus de qualification qui fait qu’une œuvre est déclarée comme étant de l’art et que l’on ne voit pas la « chirurgie esthétique » qui y est investie. Le principe de l’art est qu’il n’y a pas de médiation entre l’artiste qui se frappe le cœur et le produit final.

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Keck, Maurice Godelier et Anne-Christine Taylor, « Débat », in Musée du quai Branly-Jacques Chirac 10 ans après, Paris (« Les actes »), 2017, [En ligne], mis en ligne le 12 juin 2017, Consulté le 28 juillet 2017. URL : http://actesbranly.revues.org/761

Auteurs

Frédéric Keck

Directeur du département de la recherche et de l’enseignement, musée du quai Branly-Jacques Chirac

Articles du même auteur

Maurice Godelier

Anthropologue, directeur d’études à l’EHESS, ancien directeur scientifique du musée du quai Branly-Jacques Chirac

Articles du même auteur

Anne-Christine Taylor

Anthropologue, directeur d’études au CNRS, ancienne directrice du département de la recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly-Jacques Chirac

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Tous droits réservés