Navigation – Plan du site
Jeudi 12 mai 2016

Préambule

Frédéric Keck et Nathan Wachtel

Texte intégral

Gilles Havard (CENA, CNRS), Frédéric Keck (musée du quai Branly – Jacques Chirac), Nathan Wachtel, Serge Gruzinski (EHESS), Romain Bertrand (CERI, Sciences-Po)

Agrandir

© musée du quai Branly - Jacques Chirac, photo Anna Laban

1M. Frédéric KECK
Bonjour à tous. Je suis directeur du département de la recherche et de l’enseignement au musée du Quai Branly-Jacques Chirac. J’ai pris l’habitude de dire que dans la dizaine de colloques que nous organisons par jour, nous pouvons les classer en trois catégories par degré d’autonomie différent. Ces colloques portent sur des expositions du musée et notre rôle vise à valoriser les collections du musée par la recherche. D’ailleurs, un colloque a eu lieu à propos de Sepik l’année précédente, ou sur Marquises récemment.

2Par ailleurs, nous coorganisons ces colloques avec des institutions nous proposant des thématiques et avec lesquelles le musée du Quai Branly-Jacques Chirac souhaite établir des partenariats. D’ailleurs, cela a eu lieu récemment avec le Museum d’histoire naturelle lors d’un colloque autour de la domestication. Puis, des colloques sont organisés à notre initiative sur des thématiques que nous identifions et sur lesquelles nous souhaitons lancer des recherches, notamment pour les jeunes chercheurs que nous recrutons pour des bourses. Ces colloques à notre initiative se déclinent eux-mêmes en deux sous-catégories. Certains sont lancés par ces jeunes chercheurs qui reviennent nous voir. Par exemple, « matérialité religieuse » ou « réflexivité rituelle ».

3Puis, des colloques ont été lancés autour de grandes œuvres dans l’histoire des sciences humaines sur lesquelles nous souhaitons lancer une discussion. Cette série a déjà été poursuivie avec Emmanuel TERRAY qui nous a fait l’amitié d’être à nouveau présent, Georges BALANDIER et Francis AFFERGAN. Une série a coïncidé avec la célébration du centenaire de Claude LÉVI-STRAUSS dans le musée avec la lecture de ses textes. Ainsi, l’idée était de poursuivre cette série avec l’œuvre de Nathan WACHTEL nous permettant de lancer une discussion sur les rapports entre l’histoire et l’anthropologie.

4De ce fait, le présent colloque s’écarte un peu du genre de la réunion des amis, des disciples autour de l’œuvre d’un chercheur. Étant donné que deux colloques ont déjà eu lieu autour de l’œuvre de Nathan WACHTEL, nous avons souhaité organiser un évènement un peu différent en sortant du cadre strict des recherches américanistes. Ainsi, nous ouvrons l’échange vers l’Océanie et l’Asie ou encore l’Afrique. Puis, nous avons demandé à plusieurs générations de chercheurs de se retrouver autour de cette œuvre qu’ils n’avaient pas nécessairement initialement utilisée dans leurs travaux. Mais nous leur avons demandé de confronter leurs recherches à cette œuvre.

5Nous présentons donc des excuses à ceux qui auraient pu se sentir mis à l’écart par le programme de ce colloque. Ces deux jours nous permettront de nous réunir autour de Nathan WACHTEL avec un dialogue interdisciplinaire. D’ailleurs, je remercie chaleureusement Nathan WACHTEL de sa présence pendant ces deux jours. Je remercie également le comité scientifique d’avoir lancé le programme du colloque à l’initiative de Romain BERTRAND et d’Anne-Christine TAYLOR avec Jessica DE LARGY HEALY et Julien CLÉMENT. Je remercie également Anna LABAN pour les invitations. Le colloque se décline en quatre parties correspondant à La Vision des vaincus jusqu’aux Mémoires marranes qui est le dernier ouvrage de Nathan WACHTEL. Je laisse la parole à ce dernier pour adresser quelques mots de bienvenue.

6M. Nathan WACHTEL
Je tiens à remercier chaleureusement toutes les personnes présentes et j’adresse mes vifs remerciements aux collègues qui présenteront des communications. Parmi ces collègues, certains viennent de très loin, notamment du Mexique, des États-Unis, d’Italie et d’Écosse et je leur en suis d’autant plus reconnaissant. Je suis évidemment très honoré par la tenue de ce colloque et je remercie les organisateurs, notamment Romain BERTRAND et Anne-Christine TAYLOR d’en avoir conçu l’idée.

7Je tiens également à présenter des excuses auprès de toutes les personnes n’ayant pu être informées suffisamment à l’avance de l’évènement. Certes ces personnes absentes ne peuvent entendre ces excuses, mais j’espère que l’écho leur parviendra. Ce genre de cérémonie d’hommage a toujours pour l’intéressé quelque chose de funèbre ou du moins de mélancolique.

8Que les organisateurs me pardonnent, mais peut-être n’étaient-ils pas bien informés ? Une fausse nouvelle avait peut-être circulé. Sans doute y eut-il une confusion des genres. Mais, mon impression de cérémonie funèbre est d’autant plus inévitable que la préparation de ce colloque s’est effectuée comme si j’étais vraiment mort. Rassurez-vous, car je suis en mesure de démentir la triste nouvelle. Je vous prie également de m’excuser de n’être à cet endroit qu’un fantôme, mais je suis un fantôme bienveillant. Je vais « hanter » cette salle en restant un auditeur particulièrement intéressé, attentif et reconnaissant. Merci à tous. (Applaudissements).

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Keck et Nathan Wachtel, « Préambule », in Nathan Wachtel. Histoire et anthropologie (« Les actes »), 2016, [En ligne], mis en ligne le 15 novembre 2016, Consulté le 23 juin 2017. URL : http://actesbranly.revues.org/688

Droits d’auteur

© Tous droits réservés