Navigation – Plan du site
Interventions et discussions

Circoncision, série

Barthélémy Toguo

Résumés

Circoncision, série, est un ensemble de trois vidéos dans lesquelles l’artiste montre le trauma causé par la brutalité de la circoncision des jeunes enfants dans certains pays d’Afrique de l’Ouest. Dans la première, habillé d’un pagne blanc taché de sang et assis sur une pile de bois, il coupe à la hache le tronc d’arbre qui le soutient. L’action lente, comme rythmé par un métronome, se termine par un cri. Dans la deuxième, filmé à l’aide d’une caméra posée au sol, il enlève lentement ses vêtements en se balançant et en se roulant par terre ; la dernière prise de vue montre les taches du sang apparaissant sur la culotte. Enfin, assis sur un fauteuil, il se réveille entouré d’une serviette ensanglantée.

"Circumcision, série" is a series of three video projects in which the artist reveals the trauma caused by the brutality of the circumcision of young boys in certain West African countries. In the first, the artist sits on top of a woodpile, wearing white boxer shorts stained with blood, and uses an axe to split the trunk holding him up. The gesture is slow, with the rhythm of a metronome, and finishes with a scream. In the second, shot with a camera at ground level, he slowly strips himself of his clothes by twisting his body on the ground; the shot finishes with a close-up on the bloodstained shorts. Last, he is seated on a chair, and a tracking shot moves along his body; he rises, a bloodstained towel around him.

Texte intégral

1Je vais parler d’une série de vidéos que j’ai commencée en 1997. C’est à propos de la circoncision. En 1995 je fais un voyage au Mali et dans la cour là où j’habitais, j’assiste à une scène très très violente et je me dis : « tiens, il faut faire quelque chose avec ». En fait, c’était un petit garçon de l’âge de la puberté, 13 ou 14 ans, qui venait d’être arrêté brutalement alors qu’il jouait dans la rue, dans la poussière. Il a été emmené directement derrière la maison familiale et dans les minutes qui ont suivies, j’ai entendu comment il criait et pleurait. En fait, il venait d’être circoncis, sans anesthésie. C’est quelque chose qui est propre à une culture. On ne peut pas nier cela. Deux semaines après à Bamako j’ai réalisé que ce qu’il disait lorsque le jeune subissait cette circoncision, dans cet état, sans anesthésie, sans toute autre condition hygiénique appropriée, il rentrait dans la classe des hommes mûrs. Il est devenu un homme mûr, par ce qu’il va traverser 3 semaines, voir 1 mois, de cicatrisation de cette blessure, voyez ? Mais après, j’ai vu des jeunes qui en sortaient complètement traumatisés, traumatisés parce que c’est assez violent, pare ce qu’on tire le bout du pénis, on tire la peau et dans les minutes qui suivent on coupe et l’autre peau rentre. Donc une partie du corps est tranchée. Et on prend la cendre dans le foyer de sa maman que l’on asperge là-dessus comme une poudre. Donc il crie, il pleure… et je suis rentré après dans mon atelier à Paris et je me suis dit « il faut faire un travail avec ».

2Les mois qui suivaient, j’avais une exposition en Allemagne et je me suis dit comment je peux être en Occident, montrer cette situation, est-ce que ça peut aller avec une mise en scène théâtrale ? Ou une série de dessins ? Ou une vidéo ? Ou une performance ? J’ai compris très vite que la performance était adéquate pour montrer cette situation. J’ai alors fait une performance très vite lors de l’une de mes expositions, toujours en 1997. Je me suis préparé psychologiquement pendant quatre jours, puis il fallait penser à la scénographie. J’ai porté beaucoup de pantalons, 3, 4, 5, 6 pantalons ; 5 chemises, 6 T-shirt et je me suis dit c’est peut-être mieux de faire comme un strip-tease sur le podium, sur la scène. Et c’est ce qui s’est passé, sur la scène il y a un spot sur moi et petit à petit sur la musique de « Bach of Africa » je me déshabille en exprimant la douleur. J’enlève la première chemise et le premier pantalon: et ainsi de suite sur la musique de « Bach of Africa » qui passe, jusqu’au moment où j’enlève le dernier pantalon et le dernier T-shirt et là je saute en quittant la scène. On voit le caleçon immaculé de sang et je quitte la scène.

Barthélémy Toguo, vidéo Circumcision 1, 1999-2007.

Agrandir

3Si j’étais là à me tortiller c’était que j’exprimais une douleur, une peine. Une année après je me disais que je traversais aussi un problème familial et à tout prix il fallait que j’utilise cette histoire de vidéo, de performance, dans mes dessins. Une histoire familiale privée car à l’époque, j’avais 30 ans et ma famille se posait beaucoup de questions sur moi parce qu’en Afrique où j’ai fait le lycée, mes camarades de 20 ans étaient déjà mariés et moi j’avais une obsession dans ma tête : c’était d’aller faire les beaux-arts, de partir, de m’exiler. Je suis parti en Côte-d’Ivoire à l’âge de 20 ans, tout seul. Alors que certains de mes amis créaient des familles… des garçons qui avaient 20 ans et des jeunes filles qui avaient seulement 16 ans ou 18 ans devenaient déjà des mamans. Donc, une fois quittée la Côte-d’Ivoire, 4 ans après, c'est-à-dire à 24 ans, pour aller en France, à Grenoble, je n’étais toujours pas marié et je devais m’adapter dans une école que je venais de découvrir. Donc, le mariage était loin de mes projets. J’étais dans mon travail et les années passaient... Entre-temps je faisais des allers et retours au Cameroun, je voyais ma mère qui se posait des questions.

4Un jour, à la même période presque du voyage du Mali et de la performance à Düsseldorf, ma mère me demandât si j’avais un problème d’impuissance sexuelle car éventuellement elle connaissait un guérisseur. Je lui répondis qu’il n’y avait aucun problème, mais que je n’étais pas prêt à me marier.

5Une fois rentré à Düsseldorf, dans ma petite chambre où je venais de terminer mes études, je commençai à dessiner une série d’aquarelles rouges dans lesquelles je montrais comment je devais être chez le guérisseur et tout ce que j’aurais pu subir. Une série de dessins est née intitulée « Baptisme », « Baptême », où il y a des corps amputés, des corps souffrants, des corps malades. Mais en même temps dans cette série il y a quelque chose d’universel. Il y a une expression de beauté et en même temps de douleur, par des petites aiguilles, qui va revenir dans la série que j’ai appelée « purification ». Donc toute cette série est née avec des scènes complètement liées à une culture, mais en même temps avec des approches très universelles. Ce sont ces dessins qui m’ont amené à faire toutes ces vidéos.

Discussion

6Mette Bovin : Avez-vous fait un film parallèle sur l’excision chez la femme ? Par ce que j’ai lutté pendant 20 ans contre cette coutume, mais c’est presque impossible de lutter. C’est important car pour la femme ce n’est pas seulement de l’excision, c’est de la mutilation.

7Barthélémy Toguo : C’est vrai que chez l’homme c’est complètement différent, car l’homme garde toutes ses sensations après la circoncision. Par contre chez la femme c’est autre chose. Il y a tellement de sujets que l’on peut traiter. Je n’ai pas encore fait un travail sur l’excision. Comme vous le savez, mon travail est très divers. Ca part un peu dans tout les sens. Mais je crois qu’il y a d’autres collègues qui ont fait plein des films, de pièces théâtrales, des compagnes publicitaires anti- excision. Oui, j’ai pris un sujet et il y a beaucoup de sujets que l’on pourrait traiter, mais celui-là m’avait vraiment marqué car, comme je l’ai dit, les jeunes en sortent complètement traumatisés.

8Public : Je sais que vous exposez un peu partout dans le monde. Est-ce que vous avez montré ce travail en Afrique ? Ou dans des pays musulmans ?

9Barthélémy Toguo : J’ai beaucoup de problèmes pour montrer mon travail en Afrique. La biennale de Dakar se fait sur sélection et je me suis dit « c’est une honte de montrer mon travail en Europe, en Amérique et ne pas le montrer sur mon continent ». Je me suis dit il faut montrer mes vidéos à la biennale de Dakar. J’ai donc postulé comme tout le monde, j’ai envoyé les vidéos, j’en avais 4 et comme ça se fait sur l’étude des dossiers le mien n’a pas été retenu. Ça fait 10 ans que je l’ai fait. Mais c’est vraiment dommage que notre travail est vu à l’étranger et pas en Afrique. Il y a une solution que j’essaie de trouver à cela : le fait de construire un centre d’art en Afrique, ce que je suis en train de faire avec mes propres moyens et que le travail des artistes africains et de partout dans le monde soit aussi vu sur le continent. Que Berlin, Londres et New York ne soient pas les seuls pôles où on peut voir le travail. On peut croire que c’et une utopie, mais c’est réalisable et le centre sera bientôt inauguré. (Bandjoun Station: www.bandjounstation.com ). C’est comme un rêve qui a été exaucé. Les gens pourront y montrer leur travail. En Afrique, on a du mal à montrer son travail car il n’y a pas de politique qui soit mise en place de manière à ce que les artistes puissent montrer leur travail. Au Cameroun il n’y a même pas de musée, vous imaginez. J’espère qu’un jour des lieux vont se créer.

10Public : C’était juste pour revenir à votre intervention dans lequel vous avez bien précisé « ceci est une vidéo », « ceci est une performance ». Je trouvais ça intéressant par ce qu’on n’en a pas encore trop parlé aujourd’hui. Et vous avez aussi parlé du rapport à l’institution et là je verrais peut-être un rapprochement entre l’anthropologie et l’art. C’est que quelque part ils ont tous les deux ce rapport à l’institution : il y a des artistes qui ont un discours très critique sur les musées, de la même manière il y a des anthropologues qui ont un discours très critique sur les musées. Par rapport au musée du quai Branly, il y a des anthropologues qui le boycottent et qui lui reprochent d’avoir une vision primitiviste de l’anthropologie. Ils refusent donc d’y venir ou de participer à n’importe quelle manifestation. De la même manière que des artistes refusent d’aller dans certains musées parce qu’ils n’acceptent pas forcément le discours esthétique ou le discours qui peut être porté par ces institutions. Je pense qu’il y a aussi quelque part cette relation entre l’anthropologue et l’institution qui est une relation dans laquelle l’anthropologue est bien distinct de l’institution où son travail peut être exposé. C’était un lien qui pouvait être fait. Pour revenir au sujet de la circoncision, ne faut-il pas considérer que la douleur qui te choque fait précisément partie du rite de circoncision tel qu’il est conçu en Afrique. Et si on prend ce postulat, ne faut-il pas l’accepter ?

11Barthélémy Toguo : Je n’ai jamais contesté la circoncision en Afrique en tant que telle. Ce sont la manière et l’hygiène qui devraient l’être. S’il y avait les conditions d’hygiène requises au moins cela éviterait déjà pas mal de dégâts. Et pourquoi fait-on cela à 13 ans ? Il faudrait peut-être attendre d’avoir 18 ans et que le jeune décide lui-même de le faire, s’il a envie d’être circoncis.

Pour citer cet article

Référence électronique

Barthélémy Toguo, « Circoncision, série », in Performance, art et anthropologie (« Les actes »), [En ligne], mis en ligne le 27 novembre 2009, Consulté le 27 juillet 2017. URL : http://actesbranly.revues.org/441

Auteur

Barthélémy Toguo

Barthélémy Toguo est un artiste camerounais né en 1967 dont la stature est aujourd’hui reconnue au plan international. Il vit et travaille entre Paris et Bandjoun (Cameroun). Il réalise des performances, des sculptures, des aquarelles, des vidéos. Son travail procède par l’accumulation et la prolifération de signes propres à perturber et à interroger les clichés et les clivages entre monde « occidental » et monde « non-occidental ». Dans sa pratique, deux esthétiques s’affrontent, stigmatisant son parcours personnel et le déracinement.

Droits d’auteur

© Tous droits réservés